Accès à ChroQué

Galerie des chroniqueurs

Louis-Philippe Geoffrion (1875-1942)

Louis-Philippe GeoffrionNé à Varennes le 24 février 1875 et décédé à Québec le 3 septembre 1942, à l'âge de 67 ans, Louis-Philippe Geoffrion grandit dans une famille de cultivateurs. Après avoir fait des études classiques au Collège de l'Assomption, il étudie le droit à l'Université Laval de Montréal et il est reçu au barreau en 1897. En 1903, Geoffrion quitte la pratique du droit pour devenir secrétaire particulier de Lomer Gouin, ministre des Travaux publics et futur premier ministre du Québec. À partir de 1912, Geoffrion devient greffier au Conseil législatif du Québec. Il développera, à ce titre, une connaissance profonde du fonctionnement du système parlementaire ainsi que du vocabulaire juridique et parlementaire :

En droit parlementaire, [Geoffrion] faisait autorité, et les travaux qu'il laisse comptent parmi les plus achevés que nous ayons au Canada, tant pour le fond que pour la forme. On lui doit la codification de nos règlements de procédures, la rédaction française et anglaise de la refonte des règlements de la Chambre. Son Code de Procédures parlementaires est, comme on l'a si justement écrit, « un véritable modèle du genre ». (Adélard Godbout, premier ministre du Québec, cité dans Labrie, 1942 : 85-86)

Parmi les études réalisées par Geoffrion dans ce domaine, signalons entre autres Les bills privés à l'Assemblée législative de la province de Québec (1914 et 1920), le Règlement annoté de l'Assemblée législative de Québec (1915 et 1941) ou encore Notre vocabulaire parlementaire (1918).

Geoffrion s'impliquera très activement dans la vie intellectuelle et culturelle de la capitale. Il devient membre de l'Institut canadien de Québec et il se joint, en 1912, à la Société du parler français au Canada dont il restera membre jusqu'à sa mort, en 1942. Son nom est étroitement associé à la période la plus productive de l'histoire de cette société savante (voir Mercier, 2002) au sein de laquelle Geoffrion a joué un rôle de premier plan, comme en font foi les multiples responsabilités qu'il a asumées en tant que membre du Comité d'étude ainsi que du Bureau de direction, dont il sera successivement secrétaire général (1918-1936) et président (1936-1937).

Au contact d'Adjutor Rivard, cofondateur de la Société, Louis-Philippe Geoffrion développera une expertise certaine dans le domaine de la philologie française et « notamment dans le domaine des recherches historiques » (Mercier, 2002 : 134). Il participera tour à tour aux principaux travaux lexicologiques entrepris par la Société (voir Pellerin, 2007 : 28 et suiv. ; voir aussi Mercier, 2002), qu'il s'agisse du Glossaire du parler français au Canada (dont il sera le principal rédacteur à partir de 1918 et dont il révisera le manuscrit en vue de sa publication en 1930), de la chronique de langage « Corrigeons-nous » (dont il rédigera de 1930 à 1937 une première série composée de 55 numéros) ou de lexiques bilingues (dont trois lexiques consacrés au vocabulaire du hockey, du tennis et du baseball, publiés en 1933 et en 1935 dans Le Canada français ; voir Mercier, 2002 : 74).

Par ailleurs, Geoffrion consacrera quelques travaux à titre individuel au français canadien, les plus connus étant sans doute les « Zigzags autour de nos parlers », qu'il signera de 1923 à 1925 dans La Presse et Le Soleil. Dans cette chronique de langage, Geoffrion s'insurge contre les condamnations non fondées faites par les « surpuristes », c'est-à-dire ceux qui « [voient] des anglicismes partout, dans d'authentiques idiotismes provinciaux, et jusque dans les gallicismes les plus caractéristiques » (Geoffrion, 1924-1927, vol. 1 : xvi). Si elle n'est pas dépourvue de considérations normatives, cette chronique, qui a suscité des réactions opposées (voir Chamberland, 1980) fait voir un profond attachement à la langue rurale des Canadiens français et à la culture qu'elle véhicule (voir Laurendeau, 2004). Dans l'avant-propos du recueil qui reproduit partiellement la chronique (Geoffrion, 1924-1927), on peut lire entre autres :

Fils de paysans, j'ai voulu, pour la douceur que l'on goûte à poser un baiser sur l'âme même de sa race, rendre honneur et respect aux chers vocables rustiques que nos pères ont cueillis autrefois aux divers jardins de France et qui n'ont pas cessé de refleurir sur les bords du Saint-Laurent. (Geoffrion, 1924-1927, vol. 1 : xv)

Dans la base ChroQué, cette chronique est identifiée par le sigle GeoffrZigzags et les billets qui la composent sont numérotés de 001 à 157. La base comprend aussi les « Corrigeons-nous » de la Société du Parler français au Canada ; la série de 55 billets rédigés par Geoffrion est identifiée par le sigle SPFCCorrA. — Wim Remysen, Université de Sherbrooke.

Références

Chamberland, Roger (1980), « Zigzags autour de nos parlers, chroniques de Louis-Philippe Geoffrion », dans Maurice Lemire (dir.), Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, tome 2 (1900-1939, avec la collaboration de Gilles Dorion, André Gaulin et Alonzo Le Blanc), Montréal, Fides, p. 1179-1180.

Geoffrion, Louis-Philippe (1914), Les bills privés à l'Assemblée législative de la province de Québec : manuel contenant le texte annoté des règles qui régissent les bills privés et les pétitions, Québec, La Compagnie d'imprimerie "Le Soleil" limitée, 44 p.

Geoffrion, Louis-Philippe (1915), Règlement annoté de l'Assemblée législative de Québec, contenant les textes français et anglais du Règlement, avec annotations et renvois aux ouvrages de droit parlementaire ainsi que des formules, une table alphabétique du règlement et le texte des lois constitutionnelles de la province de Québec, Québec, Dussault & Proulx, 2 vol.

Geoffrion, Louis-Philippe (1918), Notre vocabulaire parlementaire : son origine, son caractère, ses conditions d'existence, son perfectionnement. Conférence faite à la séance publique de la Société du parler français le 14 mars 1918, Québec, Imprimerie de l'Action sociale, 16 p.

Geoffrion, Louis-Philippe (1920), Les bills privés à l'Assemblée législative de la province de Québec : manuel contenant le texte annoté des règles qui régissent les bills privés et les pétitions, [Québec, Imprimeur du roi], 55 p.

Geoffrion, Louis-Philippe (1923-1927), « Zigzags autour de nos parlers », Le Soleil, Québec, 27 octobre 1923 – 20 décembre 1924, La Presse, Montréal, 21 mars 1925 – 12 février 1927.

Geoffrion, Louis-Philippe (1924-1927), Zigzags autour de nos parlers : simples notes, 3 vol., Québec, chez l'auteur.

Geoffrion, Louis-Philippe (1941), Règlement annoté de l'Assemblée léglisative : contenant les textes français et anglais du Règlement adoptés le 8 mai 1941, le texte de la Constitution de 1867 et du Statut de Westminster, ainsi que des annotations et des formules, une table alphabétique du règlement, une traduction de la Constitution de 1867 et du Statut de Westminster, Québec, Assemblée législative, 2 vol.

Labrie, Aimé (1942), « Monsieur Louis-Philippe Geoffrion », Le Canada français, Québec, vol. 30, no 2, p. 83-93.

Laurendeau, André (2004), « Un remarqueur canadien de l'entre-deux-guerres », dans Philippe Caron (éd.), Les remarqueurs sur la langue française du XVIe siècle à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (« La Licorne, 70 »), p. 211-235.

Mercier, Louis (2002), La Société du parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1962) : histoire de son enquête et genèse de son glossaire, Québec, Presses de l'Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), xii-507 p.

Société du parler français au Canada (1930-1945), « Corrigeons-nous ! », Le Canada français, Québec, février 1930 – juin 1945.

Autres sources consultées

Asselin, Olivar (1925), « Louis-Philippe Geoffrion. — "Zigzags autour de nos parlers". — Chez l'auteur, 125, rue de la Claire Fontaine, Québec », La Revue dominicaine, Sainte-Hyacinthe, vol. 31, no 1, p. 62-64.

Bonenfant, Jean-Charles (1976), « Zigzags autour des Zigzags », Les Cahiers des Dix, Québec, no 41, p. 13-41.

Gendron, Jean-Denis (2006), « Historique de la Société du parler français au Canada », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (éd.), 1902-2002 La Société du parler français au Canada cent ans après sa fondation : mise en valeur d'un patrimoine culturel, Québec, Presses de l'Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), p. 5-28.

Potvin, Damase (1925), « Zig-Zags autour de nos parlers », Le Terroir, Québec, vol. 5, p. 217-220.

Crédit photo

Collection privée, Arthur et Renée Geoffrion.


© 2011, ChroQué. Tous droits réservés.
CATIFQ (nouvelle fenêtre)Université de Sherbrooke (nouvelle fenêtre)