Accès à ChroQué

Galerie des chroniqueurs

Narcisse Degagné (1865-1942)

Narcisse DegagnéNarcisse Degagné (ou Dégagné) est né le 28 janvier 1865 à Saint-Octave-de-Métis, dans le Bas-Saint-Laurent, et il est décédé le 7 septembre 1942 à Chicoutimi, à l'âge de 77 ans. Après avoir fait son cours classique au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1877-1885), il entre au Grand séminaire de Québec pour y entreprendre des études en théologie (1885-1887), qu'il terminera au Séminaire de Chicoutimi (1887-1889), et il est ordonné prêtre le 25 juillet 1889.

Rattaché à l'évêché de Chicoutimi, il mena une brillante carrière dans l'enseignement. De 1889 à 1914, il enseigna le chant, la littérature française, le latin et le grec au Séminaire. De 1914 à 1940, il occupe le poste de principal de l'École normale du Bon-Pasteur, tout en continuant d'y enseigner la littérature. Fin pédagogue, il ne ménageait aucun effort pour « donner [à ses élèves] une belle éducation intellectuelle », selon ses propres mots (cf. Desgagné, 1967 : 35), et il mettait beaucoup de soin à préparer ses cours, comme en témoignent les notes qu'il a laissées à l'École normale :

Nous avons parcouru également quantité de cours qu'il avait soigneusement préparés, en particulier des modèles d'analyses littéraires et de dissertations composées à l'intention de ses élèves. On ne pouvait mieux servir l'exemple aux préceptes. (Desgagné, 1967 : 35).

Homme de lettres accompli, Narcisse Degagné a laissé une oeuvre abondante, composée d'articles parus dans divers périodiques. Durant les premières années de sa carrière, de 1893 à 1902, sous le pseudonyme d'Abner, il écrira près d'une centaine d'articles dans L'Oiseau-Mouche, la revue du Séminaire de Chicoutimi. Dans La Revue Canadienne, il fera paraître trois études sur des écrivains canadiens : Octave Crémazie (1894), Philippe-Aubert de Gaspé (1895) et Apollinaire Gingras (1897). En 1910-1912, il signera, dans La Nouvelle-France, une série de huit articles consacrés à l'Académie française de l'époque et à ses quarante Immortels.

Littéraire avant tout, Narcisse Degagné s'intéressait aussi beaucoup à la langue française (cf. Degagné 1926, 1931 et 1933). Cet intérêt s'est manifesté tout particulièrement dans ses « Questions de français », chronique de langage qui paraîtra hebdomadairement dans Le Progrès du Saguenay du 26 avril 1927 au 9 mai 1940, et que continuera Alfred Carrier de 1942 à 1946. Si, comme on n'a pas manqué de le souligner (cf. Duhamel, 1942), ces chroniques avaient notamment pour but de corriger la langue de ses compatriotes, elles étaient aussi l'occasion pour Degagné de décrire et d'expliquer toutes sortes de curiosités linguistiques, sans nécessairement les condamner.

Dans la base ChroQué, cette série de chroniques est désignée par le sigle DegQFr et chaque article est numéroté de 001 à 567. — Thomas Lavoie, Université du Québec à Chicoutimi.

Références

Degagné, Narcisse (1894), « Octave Crémazie. Étude littéraire », La Revue Canadienne, Montréal, 30e année, p. 321-336, 415-431 et 472-487.

Degagné, Narcisse (1895), « Philippe-Aubert [sic] de Gaspé. Étude littéraire », La Revue Canadienne, Montréal, 31e année, p. 456-478 et 524-551.

Degagné, Narcisse (1897), « M. l'abbé Apollinaire Gingras. Étude littéraire », La Revue Canadienne, Montréal, 33e année, p. 470-494.

Degagné, Narcisse (1910-1912), « L'Académie française d'aujourd'hui. Silhouettes académiques », La Nouvelle-France, Québec, tome 9, no 1 (janvier 1910) p. 14-21, no 4 (avril), p. 145-153, no 7 (juillet), p. 302-313, no 11 (novembre), p. 490-501, tome 10, no 2 (février 1911), p. 67-76, no 4 (avril), 145-155, no 7 (juillet), p. 299-309, tome 11, no 6 (juin 1912), p. 251-261.

Degagné, Narcisse (1926), « La langue française », Le Canada français, Québec, vol. 14, no 1 (septembre), p. 22-27.

Degagné, Narcisse (1931), « Des idiotismes », L'Enseignement primaire, Québec, vol. 52, no 7 (mars), p. 425-426.

Degagné, Narcisse (1933), « La grammaire », L'Enseignement primaire, Québec, vol. 54, nos 9-10 (mai-juin), p. 524-525.

Degagné, Raymond (1967), « Littérateurs saguenéens. Abbé Narcisse Dégagné (1865-1942) », Saguenayensia, Chicoutimi, vol. 9, no 2 (mars-avril), p. 34-38.

D[uhamel], R[oger] (1942), « Bloc-notes. Deux défenseurs du français », Le Devoir, Montréal, 8 septembre, p. 1.

Autre source consultée

Simard, André (1969), Les évêques et les prêtres séculiers au diocèse de Chicoutimi, 1878-1968. Notices biographiques, Chicoutimi, Chancellerie de l'Évêché, p. 111-112.

Crédit photo

Archives nationales du Québec à Chicoutimi : ANQC (P 90/8685).


© 2011, ChroQué. Tous droits réservés.
CATIFQ (nouvelle fenêtre)Université de Sherbrooke (nouvelle fenêtre)